Historique

Notre-Dame-du-Nord

L’histoire humaine de ce petit hameau remonte à plusieurs siècles. Au moment où la demande en fourrure était très forte en Europe, des explorateurs de ce continent vinrent fouler ce territoire pour y trouver la précieuse ressource. Cette région toutefois était déjà occupée par les Premières Nations depuis plus de 1300 ans. S’en suivit donc une période d’échange et de commerce entre les deux partis. Cela permit aux nouveaux arrivants de bien se familiariser avec les lieux et d’y installer graduellement de nouveaux colons. Quant aux premières nations d’alors, leurs descendants occupent maintenant la réserve de la Timiskaming First Nation qui voisine le village.

La paroisse fut fondée en 1896, au moment où le père Stanislas Beaudry décida d’y fonder officiellement un village.

Par la suite, le gouvernement qui souhaitait ouvrir de nouvelles régions, mit en place des mesures qui permirent aux forestières d’exploiter le bois et par le fait même, fournir à des colons des terres défrichées et des emplois d’hiver dans les camps de bûcherons. Il est à noter qu’une acre était vendue à 0,30$ au colon qui désirait en faire l’acquisition et l’occuper. On peut ajouter que d’un point de vue pratique, la configuration de la tête du lac, où se trouve le village actuel, était propice au flottage du bois puisque au printemps, un embâcle de bois se formait naturellement à cet endroit, favorisant ainsi le secteur de la drave. En somme, le secteur forestier stimula l’émergence de plusieurs entreprises comme les moulins à scie qui fournirent le bois nécessaire à la construction des nouvelles habitations et favorisa donc l’installation des nouveaux arrivants et le développement du secteur agricole.

À l’entrée de ce village, nous pouvons observer qu’un pont remarquable relie la partie sud du Témiscamingue à la partie nord de la région. Cette infrastructure fût construite en 1919 afin de permettre aux gens de circuler plus facilement de part et d’autre de la rivière et de ne plus avoir à prendre le traversier pour se rendre sur l’autre rive.

Il va sans dire que cette petite communauté fut très dynamique et offrit à ses citoyens tous les services nécessaires à son épanouissement. On y trouva le magasin général, le bureau de poste, une forge, un notaire, la caisse populaire, le magasin de tissus, d’un théâtre, de l’aréna et même plus.

L’économie du village fut également stimulée par la construction de barrages hydro-électriques construits sur la rivière des quinze au cours du siècle dernier. En plus de fournir de l’emploi, ces aménagements fournirent entre autre l’énergie nécessaire au développement des villes minières proches, notamment Rouyn et Noranda qui se trouvaient à près de 100 km plus au nord.

De son côté, le secteur agricole fût un vecteur essentiel au développement de la communauté mais plus récemment, les industries et les commerces y occupèrent une plus grande part. Aujourd’hui, nous retrouvons notamment Témisko, une usine de fabrication de remorques ainsi qu’une entreprise dans le camionnage, transport Norvinic. Il y a aussi Les Maisons Champoux qui se spécialise dans la fabrication de maisons pré-usinées. D’ailleurs, les poutres de métal qui soutiennent les maisons dans cette usine viennent de l’ancien pont qui fut remplacé en 1971.

De nos jours, Notre-Dame-du-Nord est une petite communauté paisible. Toutefois, à tous les étés, se tient un festival qui anime grandement ce village. En effet, des milliers de gens se déplacent alors pour assister au Rodéo du camion. Lors de cet événement, au grand bonheur des spectateurs, des camionneurs et leur camion s’affrontent sur les pentes du village pour démontrer leurs habiletés et la puissance du moteur de leur machine. Notre-Dame-du-Nord attire alors plus de 60 000 visiteurs en moins d’une semaine.

Il va sans dire que cet événement serait impossible sans l’implication des nombreux bénévoles qui, de par leur énergie et leur grande générosité, se sont assuré que cet événement soit un grand succès à toutes les années. Il en va de même pour tous les gens et les organismes qui se sont impliqués au cours des dernières décennies. Que ce soient les festivals, les concours amateurs, les sports et la vie sociale en général, Notre-Dame-du-Nord a été riche de son milieu et de tous ses habitants qui ont rendu ce village dynamique et enrichissant pour tous les gens de la région.

Enfin, lorsque le Rodéo est terminé, les gens retrouvent la quiétude de leur village et profitent à nouveau de la nature environnante. Ils y pratiquent la pêche, la chasse à l’automne et même profitent des infrastructures de Récré-eau des Quinze. Il s’agit ici de dizaines de kilomètres de sentiers pédestres et de pistes cyclables aménagés en forêt et le long de la Rivière des Quinze; la vue y est époustouflante.

En terminant, les gens d’ici ont bien compris, Notre-Dame-du-Nord a tout ce qu’il faut pour être un petit paradis. La nature omni présente, l’accueil et le dynamisme de ses les gens en font un endroit de vie privilégié, un trésor qu’il vous faut découvrir.

Texte de Josée Prévost
Source Notre-Dame-du-Nord, 1896-1996, Marc Riopel et le Comité du livre

Dépanneur Rachel Roy
Dépanneur Rachel Roy
Fossilarium
Fossilarium
lieu de culte
lieu de culte
Pavillon
Pavillon

Publié dans MUNICIPALITÉ

Imprimer